Chroniques du Zéphyr – 3 – Au clair de la lune

La douce saison commence, que dis-je, la saison des amours! Où avais-je la tête? Oh, que j’étais dans la lune! Dans la fine pensée de la création divine. Un état permettant le développement et la création de nouveaux projets. Maintenant que le manteau blanc se retire, la nature peut commencer à se réveiller tendrement. Comment se passe votre transition entre ces deux saisons? Il est facile de se laisser troubler, déranger par ce passage obligé. Que ce soit dans la joie, le stress ou encore la déception pour certains, un nouveau chapitre débute. Malgré les infinies distractions qui, malheureusement, se multiplient avec les médias, les réseaux sociaux et le rythme de plus en plus désaxé qui semble s’imposer à vous, prenez-vous un seul instant pour vous? Suivez-vous l’exemple de la nature, ou même de la Lune et du Soleil qui s’élèvent pour prendre du recul. Je crois que le principal problème de votre civilisation, présentement, c’est que l’homme est tellement occupé à ne pas vouloir souffrir qu’il en oublie le sens premier de sa présence ici-bas : celui d’apprendre à vivre. Ce qui fait de vous un être humain, c’est qu’avec vos bonnes mais aussi vos mauvaises passes, vos pouvez laisser mûrir vos qualités et apprendre à faire germer le bonheur en vous. Certes, il y a de plus en plus de frustrations palpables, mais qui prend le temps de vraiment s’en occuper au lieu de les fuir à nouveau?

Le seul réel pouvoir que vous avez, c’est celui de choisir votre perception de ce qui se produit dans votre pièce de théâtre. Car, hélas, toute autre forme de pouvoir ne sera qu’éphémère devant des concepts beaucoup plus vastes que la réalité que vous percevez. Gardez espoir, car tout est toujours possible et je serais un très mauvais spectateur si je n’étais pas attentif à tous les efforts et les exploits que vous réalisez. Je vous souhaite d’être dans la lune par moments pour rêver, mais surtout, n’oubliez pas de vivre, sinon tout perdrait son sens. Je vous laisse sur ces belles paroles, car je cours me délecter d’un doux croissant; à force d’observer la lune, je réalise que mon appétit s’impose par une présence difficilement négligeable! Au plaisir!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s